Coût de fourchette
Le goût a-t-il forcément un coût ?

Salade de lentilles crunchy

Il y a des aliments phares que je cuisine en espérant retrouver un goût bien particulier ou en découvrir un nouveau…et puis il y a ceux qui passent pour ainsi dire inaperçus. C’est en inspectant le contenu de mes placards dimanche que j’ai redécouvert ce paquet de lentilles…

Ah…les bienfaits des légumineuses ! Oh non, pas ça ! Et bien si ! Parce que le pedigree de la lentille a tout pour plaire : elle est pauvre en graisse, riche en glucides complexes, en minéraux et en fibres. Elle fournit aussi une belle quantité de protéines végétales. Cerise sur le gâteau : elle est bon marché.

En plus, son histoire est belle. C’est l’un des premiers aliments à avoir été cultivé. On le consomme depuis la nuit des temps.  La lentille était la base de l’alimentation des populations modestes dans l’Antiquité gréco-romaine. « Modeste» , vous avez bien lu. A l’époque on ne consommait pas de protéines animales quotidiennement -malgré un travail moins sédentaire qu’aujourd’hui- et les légumes secs permettaient de se nourir convenablement. En France, elle a longtemps été considérée comme le plat du pauvre et utilisée pour donner une consistance aux plats mijotés.

De couleur verte, rouge, blonde, corail, originaire du Puy en Velay, du Berry de la Champagne, d’Afrique du Nord ou encore du Moyen-Orient, la lentille se distingue en cuisine par ses grandes qualités d’adaptation. Pour cette recette, rien d’original à première vue. Et pourtant, la poitrine fumée croustillante et tiède donne une belle saveur à l’ensemble.

Pour 4 personnes

Coût : 1,15 euros par personne

Temps : 25 minutes à la casserole

Ingrédients

  • 200 grammes de lentilles vertes du Puy AOC – mais vous pouvez utiliser une autre variété (2 euros). NB : le coût baissera si vous n’utilisez pas de l’AOC
  • 6 tranches de poitrine de porc fumée les plus maigres possibles et coupées fines (2 euros)
  • 1 carotte (10 centimes)
  • 2 feuilles de laurier
  • 1 oignon nouveau
  • ciboulette
  • Huile de colza
  • Vinaigre de cidre
  • Sel, poivre 5 baies (50 centimes pour l’assaisonnement)

Préparation

Certaines lentilles nécessite un trempage, celles originaires du Puy -c’est-à-dire du sud-est du Massif Central- non. Les faire cuire 15 à 20 minutes dans un grand volume d’eau salée avec les feuilles de laurier et la carotte coupée. C’est un peu long, mais je préfère pouvoir maîtriser… Pour celles et ceux qui sont préssés, l’utilisation de l’autocuiseur est recommandé (cuisson de 7 à 10 minutes). Réserver et faire refroidir.

Dans une poêle, à feu vif, faire dorer vos tranches de poitrine. Ne pas hésiter à les laisser 5 bonnes minutes en les retournant de temps à autre. Il faut que ça croustille. Assaisonner votre salade avec un filet d’huile de colza, un filet de vinaigre de cidre, l’oignon émincé très fin et la ciboulette, le sel et le poivre. Goûtez et rectifiez l’assaisonnement.

Nous sommes d’accord…c’est davantage une recette d’automne que d’été, mais lorsqu’il fait chaud et que l’on a pas envie de manger des produits carnés, c’est une alternative intéressante !