Coût de fourchette
Le goût a-t-il forcément un coût ?

Certaines personnes aiment que leur frigo soit archi plein et rempli de denrées, moi c’est tout le contraire. Comme je le dis souvent, un réfrigérateur, c’est comme un trésor, il faut s’en occuper sérieusement [faire fructifier les pièces en or, liquider les marchandises qui vont être dépassées...]  et comme l’anticipation n’est pas ma religion, je préfère de loin, avoir seulement quelques produits au frais et un placard à épicerie bien garni lui par contre (épices, condiments, fruits secs…) pour cuisiner avec spontanéité dans la mesure du possible. Donc paradoxalement, quand le réfrigérateur se vide, je me sens beaucoup, mais alors beaucoup plus légère…  Pour moi, un aliment bien cuisiné est un aliment dont la durée de vie est courte. Pas de chichis et surtout pas de restes… Comme dirait quelqu’un que je connais quand ils reçoit du monde autour de sa table « mesdames messieurs, la maison ne reprend pas les invendus !»  J’ai récemment refait la recette de la tarte au chocolat au lait. Mais, cette fois, j’ai remplacé les cacahuètes par des noix de Pécan et de la fleur de sel. Et comme il me restait de la pâte sablée, j’ai rempli ma boîte à biscuits avec ces petits gâteaux secs, très appréciés avec un espresso stretto.

Sables cannelle pecan 2

Sablés aux noix de Pécan

Préparation : 30 minutes

Cuisson : 6 minutes

Coût : 7 centimes environ le biscuit

Pour une trentaine de sablés

Ingrédients

  • 140 g de beurre : 1,17 euros
  • 75 g de sucre glace : 80 centimes
  • 25 g d’amandes en poudre : 1,10 euros
  • 1 pincée de fleur de sel
  • 1 œuf : 35 centimes
  • 250g de farine : 50 centimes
  • 35 grammes de noix de pécan : 50 centimes
  • 1 CC de cannelle en poudre : 5 centimes

Préparation

J’ai utilisé mon robot en ajoutant successivement dans le bol mixeur : le beurre pommade, le sucre glace, l’œuf,  la poudre d’amande et la farine. Quand le mélange est devenu homogène (assez rapidement finalement), et à défaut de papier guitare, j’ai versé la pâte sur un morceau de papier sulfurisé. J’ai recouvert d’une deuxième feuille et à l’aide du rouleau à pâtisserie, je l’ai aplatie au rouleau (5 mm environ). J’ai entreposé le tout 20 minutes au réfrigérateur et ai ensuite saupoudré la pâte de cannelle en poudre et de noix de pécan torréfiée et concassée. J’ai ensuite formé mes sablés à l’aide d’un verre. Re-passage au froid 15 minutes et cuisson sur le lèche frite recouvert de papier sulfurisé (à défaut de papier guitare, c’est mon nouvel ami lorsque je fais de la pâtisserie) à 180° pendant 6 à 7 minutes. Vous devez obtenir des sablés bien dorés. Les conserver dans une boîte hermétique.

IMG_0815

Je n’irai pas quatre chemins. Les bayonnais ont le sens de la fête. Ils le démontrent allègrement chaque dernier week-end de juillet à l’occasion des Fêtes. Quatre jours d’intense folie durant lesquels on mange, on boit, on chante -en basque forcément- et on dort un peu quand même. Le Roi de la fête, c’est Léon -une marionnette géante articulée- qui se réveille uniquement après avoir entendu les 12 coups de midi du fronton de la mairie accompagnés par les ovations des bambins venus spécialement assistés au réveil du Roi [un peu fainéant le Roi quand même]… Bayonne, fortifiée par Vauban, est une très belle ville.  Nous avons goûté des spécialités basques savoureuses, mais je dois dire que le plat qui a le plus retenu mon attention est celui qui a été mitonné avec amour par nos hôtes H. et L. , j’ai nommé le Rougail saucisses !

La Reunion2

Le Rougail saucisses

Préparation : 30 minutes

Cuisson : 40 minutes

Coût : bon marché

Pour 6-8 personnes

Ingrédients

  • 1 kilo de saucisses fumées créoles (disponibles dans les Epiceries asiatiques
  • 4 gros oignons
  • 1 bouquet de thym
  • 2 CS bombées de curcuma
  • 4 pincées de gingembre
  • 1/4 de piment vietnamien ou à défaut utilisez du piment d’Espelette (forcément en plus grande quantité)
  • 5 gousses d’ail
  • 1 litre de concassé de tomates fraîches

Préparation

Coupez la saucisse en morceaux. Émincez les oignons et réservez-les. Faites revenir les saucisses à sec dans une cocotte afin de faire sortir le gras. Ajoutez le curcuma. Faites revenir encore et encore en prenant soin de mélanger.  Ajoutez le gingembre, le piment coupé en petit bout , l’ail et les oignons. Faites revenir le tout quelques minutes. Versez le concassé de tomates et recouvrez d’eau chaude. Couvrez et laissez mijoter une trentaine de minutes à feu doux. Le plat est cuit lorsque la consistance devient rouge et pâteuse. Laissez reposer. Pendant ce temps, préparez du riz blanc que vous servirez en accompagnement.

La Reunion

Voilà. Je suis fan.  Séduite parce que c ‘est un plat plein de saveurs, mitonné en cocotte, qui transporte loin… Il rentre donc le plus naturellement du monde dans la catégorie des plats « à refaire» . Nous nous sommes aussi régalés avec le  foie gras maison sans oublier la tarte basque, la tomme pure brebis, les moules à l’escabèche, le parmentier de canard,  et les fameuses galettes de maïs à la ventrèche, le tout arrosé d’Irouleguy ! Et bien, vous savez quoi ? On retournera au pays basque ; il n’y a rien à dire, ils savent recevoir ;-)

IMG_0874