Coût de fourchette
Le goût a-t-il forcément un coût ?

IMG_0445

Il y a celles et ceux qui le font régulièrement comme stipulé sur la notice d’entretien ; à savoir « dès que de la glace se forme»  et il y a les autres – dont je fais partie- qui attendent et remettent constamment au lendemain ce genre de tâche domestique un chouilla ingrate. Il faut bien reconnaître qu’une fois la porte du congélateur refermée, personne n’imagine que vous avez passé quatre heures  de votre temps à éponger le sol et à attendre que les icebergs formés veuillent bien fondre… Passons et procédons par ordre et en image s’il vous plaît ! Après avoir feint la surprise en constatant l’étendu des dégats – photo du haut- il convient de ne pas « rompre la chaîne du froid» . J’emballe donc soigneusement mes aliments dans un sac isotherme avec deux pains de glace. Vous pouvez d’ailleurs apercevoir du véritable surimi japonais que nous ramène notre ami Mitsumasa quand il fait un crochet par Paris. La dernière fois, on a même pu testé de la bonite séchée ;)

IMG_0449

IMG_0451

Appréciez l’ingéniosité du système tupperware mis en place pour ne pas inonder le parquet chêne clair de la cuisine. Oui, je sais « il aurait fallu mettre du carrelage» … maintenant c’est trop tard. Mais enfin tout de même, comment se fait-il que les fabricants ne prévoient pas ce genre de « détail» . Le détail en question se résumant à une interrogation : « où s’écoule l’eau de dégivrage ?»  Même Basile est resté perplexe face au goutte à goutte excessivement captivant !

IMG_0454

Quatre heures plus tard, la serpillère détrempée ayant été essorée plusieurs fois, l’affaire était pliée et les produits congelés replacés dans des tiroirs réfrigérants tout propres. Promis, dans six mois, je m’y remets.